Recherche & Développement

Les premières études que nous avons menées sur la compensation chirurgicale de la presbytie datent des années 90 avec la kératotomie radiaire. En effet, des hémi incisons inférieures permettaient de conserver une kératométrie plus puissante pour créer une myopisation localisée et favoriser la vision de prés.

L’avènement du laser à excimères nous a permis de modéliser des techniques d’ablations centrées pour créer des ilots centraux de puissances optiques différents. La vision de prés était possible grâce à cette multifocalité cornéenne.

Les meilleurs résultats furent obtenus avec la technique d’ablation décentrée qui permettait de récréer la myopisation sectorielle de la kératotomie radiaire avec beaucoup plus de précision et sans les inconvénients de halos et éblouissement liés à la KR. Cette technique offrait l’avantage d’une chirurgie bilatérale.

Les études actuelles menées sur le laser ALCON Wavelight EX 500 sont les plus prometteuses en matière de résultat et de satisfaction patient. Ce laser est le seul à proposer une ablation guidée par l’asphéricité cornéenne permettant de moduler les aberrations de la cornée et de les équilibrer avec celle du cristallin. Cette technique permet de restaurer l’accommodation résiduelle physiologique. Une étude menée sur 75 patients démontre une accommodation post opératoire supérieure à 2 dioptries offrant aux patients un confort en vision de loin, en vision intermédiaire et en vision de prés en respectant la symétrie de travail des deux yeux.

Nous travaillons à l’heure actuelle sur un projet d’IRM fonctionnelle afin de mettre en évidence la restauration de l’accommodation grâce au presbylasik guidé par l’asphéricité. L’idée est de comparer les aires cérébrales impliquées dans le phénomène de la vision de prés chez le jeune patient et les patients de plus de 50 ans opérés de chirurgie réfractive cornéenne avec le laser EX 500.